Quelle déclaration pour Auto-entrepreneur ?

Le régime des auto-entrepreneurs concentre la majorité des conceptions des sociétés, en raison de sa simplicité. En réalité, les auto-entrepreneurs détiennent des obligations déclaratives affaiblies. Dans le même temps, les charges sociales se révèlent peu coûteuses. Néanmoins, ceux-ci restent soumis à certaines formalités déclaratives. Alors, quelles sont ces déclarations ? Découvrez-les au travers de cet article !

Auto-entrepreneur : la déclaration des CA (Chiffre d’Affaires)

Les auto-entrepreneurs dépendent du régime microsocial. Alors, ils déclarent tous les mois, leurs ÇA, tout en réglant aussi les cotisations sociales dues. Notez bien que cette déclaration se réalise sur le web.

A lire en complément : Les plateformes de formation en ligne les plus performantes pour stimuler votre apprentissage

Les auto-entrepreneurs optent pour la périodicité qui leur convient. La déclaration des CA, soit elle s’effectue mensuellement, soit mensuellement. Ils expriment leurs sélections au cours de la déclaration du début du travail professionnel. Dans l’embarras du choix, la périodicité serait trimestrielle.

Auto-entrepreneur : la déclaration des impôts sur les revenus

Il convient de préciser que les auto-entrepreneurs sont aussi assujettis au régime microfiscal. Sauf les salariés, ils procèdent à la déclaration annuelle de leurs revenus. Le prélèvement s’applique à la source, excepté pour option impôt libératoire sur IR. Ce régime réduit le charme administratif qui pèse sur les entrepreneurs. Tout en offrant un bénéfice au régime.

A voir aussi : Quelle a été l’importance de l’étude de la dynamique de groupe en psychologie sociale ?

En micro-entreprise, vous trouverez deux modes d’imposition : le mode classique et le mode impôt libératoire sur IR. Sous conditions des rémunérations, le choix s’effectuera par les entrepreneurs. Le régime microfiscal, en absence du choix, applique le mode classique.

Auto-entrepreneur : la déclaration initiale de CFE

La déclaration initiale de CFE (Cotisation Foncière des Entreprises) intègre aussi le rang des obligations déclaratives dès auto-entrepreneurs. Ceux-ci se soumettent encore à cet impôt annuel, au même titre que les autres indépendants.

Étant une composante de la CET (Contribution Économique Territoriale) aux côtés de la CVAE, cet impôt local représente une activité non-salariée. La Contribution Économique Territoriale agit sur la valeur locative des différentes actions immobilières soumises à la taxe foncière.

Mis à part ceci, la Cotisation Foncière des Entreprises agit encore sur les immobiliers employés par les structures, dans le cadre de sa profession. Il s’agit des boutiques, des activités bureautiques et bien d’autres. Une cotisation minimale serait exigée lorsque le travail se fait à domicile. Cette cotisation varie tout en suivant les Chiffres d’Affaires des structures.

Somme toute, nous dirons qu’au nombre des déclarations des auto-entrepreneurs, y figurent : la déclaration des CA (Chiffre d’Affaires), la déclaration des impôts sur les revenus. Il y a aussi la déclaration initiale de CFE (Cotisâmes Foncière des Entreprises).

vous pourriez aussi aimer